Choisir la robinetterie d’intérieur : Mélangeurs, Mitigeurs, Mitigeurs Thermostatiques. Technologies, normes et budget.

Robinet mélangeur, Mitigeur et Mitigeur Thermostatique, quelles sont les différences ?
Quels sont les avantages/inconvénients de chacun ?

Comprendre les classifications de la norme NF qui permettent de reconnaitre les caractéristiques de chaque modèle.
Cet article répond à ces questions, avec pour objectif : vous aider dans votre choix.

Capture 3 Mitigeur lavabo ancien

Mélangeur ou mitigeur ?


Nos grands-parents réglaient la température de l’eau avec des robinets mélangeurs équipés de deux têtes séparées - eau froide/ eau chaude - et ce, depuis l’invention du mélangeur vers 1890.

Les mélangeurs se sont modernisés depuis, avec notamment l’apparition des modèles monotrou et le rapprochement des deux têtes sur l’axe central du robinet.

Cette avancée, principalement d’ordre esthétique (design), apporte peu d'amélioration en termes d’ergonomie et de sécurité.

Deux mains sont toujours nécessaires pour obtenir de l’eau tiède et le risque de brûlure demeure, avec la possibilité d’activation par inadvertance de la seule commande d'eau chaude.
Il faut attendre la fin des années trente et qu’un ingénieur américain, Alfred Moen, se brûle sérieusement, pour que l’idée de centraliser le mélange de l’eau chaude/froide et le contrôle du débit sur une seule commande apparaisse.

Cet ingénieur remplace aussi le cuivre par de l’acier inoxydable -moins conducteur- pour améliorer plus encore la protection thermique, et réduire d’autant le risque de brûlure.

Alfred venait d’inventer le robinet mitigeur !

 
Les robinets mitigeurs apparaissent en Europe pendant les années soixante, principalement sur le segment haut de gamme.

Aujourd’hui cette innovation s’est largement diffusée, et les mitigeurs occupent désormais une part prépondérante du marché, autant pour la primo installation que pour le remplacement.

Toutefois, le mélangeur (Cf. norme NF EAU ci-dessous) conserve ses lettres de noblesse, notamment pour ceux qui souhaitent donner un look rétro ou vintage  à leur sanitaire. 
 
Le mitigeur est ergonomique puisqu’une une seule main permet de commander le débit et la température de l’eau.

Les modèles équipés d’un cran de contrôle du débit ou ‘’point dur’’ (Classe C2 sous la norme NF ECAU)  permettent aussi d’économiser de l’eau.

En termes de sécurité, et d’économie d’eau chaude, certains mitigeurs (Classe C3 sous la norme NF ECAU)  sont conçus pour distribuer uniquement de l’eau froide en position neutre.

L’idée est ingénieuse, il fallait y penser !
 
Capture mitigeur Grohe Bauloop
Capture GROHTERM 1000
Pour la sécurité des enfants, le nec plus ultra  est le mitigeur thermostatique. Cette dernière génération de mitigeur est équipée de deux têtes de commandes : l’une pour le réglage de la température de l’eau, l’autre pour le contrôle du débit.

La butée de sécurité dont sont équipés certains modèles (NF ECAU Classe C3)  permet de limiter la température entre 37° et 40°.
 

Comment apprécier les caractéristiques techniques de chaque modèle à partir de la classification NF ?


La norme NF se décline en 2 types de classification : la classification EAU pour les seuls mélangeurs, à laquelle se rajoute, pour les mitigeurs uniquement, la classification ECAU.

EAU est l’acronyme d’Écoulement (hydraulique) – Acoustique (Bruit) – Usure (mécanique).

Les notes varient de 0 à 4 pour l’Écoulement (de E0 = 9 l/min à E4 = 25l/min).

Les notes pour l’Acoustique et l’Usure sont graduées de 1 à 3.

Ainsi, en ce qui concerne l’Acoustique, la note A1 correspond à 30dB, et A2 à 15dB.

Enfin, le facteur Usure s’échelonne de U1 (Usage normal) à U3 (Usage intensif et utilisation sévère).
Pour les mitigeurs, la classification ECAU ajoute la lettre C (Confort) à la classification EAU, pour évaluer le facteur économie d’eau/d’énergie et le facteur sécurité.

Appliquée aux mitigeurs, la note C1 - la plus faible - ne prend en compte que l’ergonomie : l’effort pour actionner l’eau doit être au maximum de 10N (newtons). À chacun de mesurer !

La note C2 ajoute à la précédente des considérations d’économie d’eau. Le mitigeur doit être équipé d’un ‘’point dur’’ - qui marque un débit moyen de 0,13 l/s pour une force de 8N (newtons) – pour pouvoir bénéficier de la note C2.

Enfin, pour satisfaire à la note C3, les mitigeurs doivent intégrer un dispositif d’économie d’eau chaude, avec la manette en position médiane qui distribue de l’eau froide (et non tiède).

Comment fonctionne la notation des mitigeurs thermostatiques ?

La note C1 qualifie les mitigeurs thermostatiques qui ont réussi l’essai de pression alternée. La note C2 est identique à celle des mitigeurs classiques.

Enfin, le Graal, la note C3 récompense les mitigeurs thermostatiques qui satisfont à C2, mais aussi aux critères restrictifs de l’arrêté du 30 novembre 2005 qui limite la température de l’eau à 50°.
Capture CERATHERM100
Capture GRO4

Quid de l’entretien ?


Rien n’a changé depuis nos grand-mères, ou presque.
Le bon vinaigre blanc fonctionne toujours aussi bien contre le tartre… mais attention au risque de corrosion.

Il existe désormais sur le marché des produits d’entretien spécifiques [ CLIQUER ICI ] aussi efficaces pour rendre les chromes rutilants, mais moins agressifs et odorants que le vinaigre blanc !

CHASSEUR DE FUITES ® a aussi sélectionné pour leur rapport qualité/prix attractif, des modèles de mitigeurs pour évier, lavabo, douche et bain-douche ; ainsi que des mitigeurs thermostatiques (douche et bain-douche).

Ces mitigeurs, de fabrication exclusivement française ou européenne sont disponibles [ CLIQUER ICI  ] à partir de 163 € TTC, ce tarif inclut la pose par un Technicien Qualifié Plomberie.